Le blog
Réussir l'immobilier

Marché immobilier : à quoi faut il s’attendre pour cette rentrée 2021 ?



Réussir l'immobilier Actualité de l'immobilier Marché immobilier : à quoi faut il s’attendre pour cette rentrée 2021 ?

Après un début d'année 2021 très dynamique du marché immobilier, a quoi faut-il s'attendre pour la rentrée ? Poursuite de la dynamique ? stabilisation du marché ?




Marché immobilier : à quoi faut il s’attendre pour cette rentrée 2021 Durant les mois de juillet et aout, le marché immobilier est traditionnellement plus calme en raison des congés et l’été 2021 n’a pas fait exception à la règle.

Les mois de septembre et d’octobre sont en revanche des mois généralement très actifs. Qu’en sera-t-il cette année ? Avant d’essayer de voir à quoi pourrait ressembler la rentrée, petit retour sur ce qui s’est passé depuis le début de l’année.

Marché immobilier 2021 : un début d’année très dynamique

Malgré la pandémie et les incertitudes économiques qui ont pesées depuis près d’un an et demi, le marché immobilier a été extrêmement dynamique. Selon la chambre des notaires, le nombre de transactions dans l’ancien sur 12 mois s’établissait à fin mai à 1 130 000. Seul en 2019 et en 2020, le marché a dépassé 1 million de transactions et il y a fort à parier que ce sera le cas en 2021.

Coté prix, le marché à connu la même tendance avec une hausse en rythme annuel de 5,9% sur 12 mois ; hausse qui devrait se poursuivre avec une majoration pour les maisons dont la hausse devrait s’établir à près de 9%.

Si globalement, le marché et les prix sont dynamiques, une zone a connu un début d’année compliqué ; il s’agit de Paris et dans une moindre mesure de la 1ère couronne. Comme l’indiquait le président de la FNAIM, le nombre de transactions à Paris entre juin 2021 et janvier 2020 a reculé de 16% et de 20% d’après le président de Century 21.

On voit concrètement des délais de vente s’allonger et des acquéreurs plus enclins à négocier.

Cette tendance parisienne s’explique d’une part par le niveau très élevé des prix immobiliers à Paris mais également par un transfert des acquéreurs de Paris vers la banlieue et notamment la 2nde et la 3ème couronne dans laquelle pour un même budget, on dispose de surfaces beaucoup plus importantes. Le développement des infrastructures de transport qui rend plus simple la possibilité d’aller à Paris à clairement accompagné ce mouvement.

Comment s’explique cette dynamique du marché immobilier en 2021 ?

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette tendance.

D’une part, et c’est essentiel, l’assouplissement des conditions d’octroi de crédits et le niveau extrêmement bas des taux d’intérêt (1,05% toutes durées confondues selon l’observatoire du financement) ont été particulièrement favorables aux acquéreurs immobiliers et explique à la fois le volume de transactions et l’évolution des prix.

Les autres facteurs sont plus psychologiques mais entrent également en ligne de compte. La pierre a vraisemblablement une fois encore joué son rôle de valeur refuge dans un contexte d’incertitude lié à la pandémie.

Par ailleurs, en raison notamment du télétravail, beaucoup de français ont passé du temps chez eux, parfois à l’étroit, souvent sans extérieur et ceci les a conduit a envisager un déménagement.

Rentrée 2021 : que faut-il attendre du marché immobilier ?

Il est toujours difficile d’anticiper les tendances en matière d’immobilier, les 12 mois écoulés nous l’ont montré, mais rien ne laisse penser que l’on aura une contraction dans les mois à venir sauf bien entendu si la pandémie devait repartir ce que personne ne souhaite.

Sur le plan économique, les résultats des entreprises pour le 1er semestre montrent que pour bon nombre d’entre elles, elles ont retrouvé leurs résultats d’avant la crise.

Pour certaines entreprises durement touchées par la situation sanitaire, les mois à venir seront sans doute plus compliqués mais comme nous rentrons en période électorale, on peut penser que le gouvernement, comme il l’a fait jusqu’à présent, maintiendra au maximum les dispositifs de soutien à l’économie.

Le 2nd point, nous l’avons déjà évoqué, c’est le niveau particulièrement bas des taux d’intérêt associé a une politique d’octroi du crédit accommodante. Si les tensions inflationnistes observées au Etats Unis mais aussi en Europe, peut laisser craindre une hausse des taux, celle-ci ne se fera sans doute pas tout de suite et de façon mesurée.

Enfin pour ce qui concerne les biens situés en province, on a vu bon nombre de ville retrouver avec la crise sanitaire un dynamisme qu’elles avaient perdu avec des parisiens notamment qui, avec le développement du télétravail, ont fait le choix de la province. Cela concerne en effet le parisiens mais plus généralement les habitants des villes dont les prix sont élevés comme Lyon ou encore Bordeaux.

Pas de nuages à l’horizon.

Rentrée 2021 : que va-t-il se passer pour l’immobilier parisien ?

S’il est vrai que le marché parisien a été moins actifs ces derniers mois avec même des baisses de prix observées, on peut sans doute faire preuve d’optimisme pour la rentrée.

On peut penser en effet que les parisiens qui ont vécu douloureusement le confinement et le couvre-feu en raison de la taille restreinte des biens immobiliers ont profité de ces derniers mois pour soit réorienter leur recherche vers des villes de périphérie dont les prix ont augmenté depuis ou pour bon nombre de quitter la capitale dès que cela a été possible à partir du mois de mai ; reportant ainsi leur projet immobilier.

Par ailleurs, les acquéreurs ayant compris que les prix étaient plutôt baissiers, ils étaient plutôt ces derniers mois en phase d’attente pour essayer de faire baisse les prix là où l’on avait des ventes souvent très rapides jusqu’à présent.

Si la crise sanitaire ne reprend pas on peut espérer que la rentrée, comme chaque année, connaitra un rebond d’activité lié aux résolutions de l’été et au retour d’une activité normale.

On peut enfin penser que certains propriétaires qui avaient positionné leur bien à des niveaux souvent hors marché convaincus que le marché poursuivrait sa hausse comme il l’avait fait par le passé, les repositionneront à un niveau plus cohérent ; niveau qui leur permettra malgré tout de maintenir de très belles plus-values.

En conclusion tous les indicateurs semblent au vert avec simplement un point de vigilance lié à une reprise épidémique.

Partager sur Facebook   Partager sur Twitter   Partager sur LinkedIn

VENTE IMMOBILIERE
dès 1990 €
Liberté garantie
Paiement au succès
Trouvez un acquéreur rapidement
Economisez sur la commission d'agence
Un accompagnement de a à z pour une vente réussie au meilleur prix




Actualité de l'immobilier
Marché immobilier à Lyon : tendance pour le mois de septembre 2021 ?
Marché immobilier : à quoi faut il s’attendre pour cette rentrée 2021 ?
Les agences immobilières en Ligne: qui sont-elles ?
Mai 2021 : est-ce le bon moment pour mettre en vente son bien immobilier ?
Le marché immobilier janvier 2021
Simplification de l'accès au crédit immobilier en 2021
La fin des passoires thermiques en 2023
Les Frais lors d'une vente immobilière
Comprendre les tarifs des agences immobilières
Le coût réel de l'immobilier entre particuliers
Reconfinement : comment poursuivre votre projet immobilier
CoViD-19 - Projets immobiliers et confinement
CoViD-19 - Faut-il reporter votre projet immobilier ?
CoViD-19 - Comment signer sa vente ou sa promesse de vente chez le notaire ?
CoViD-19 - Faut-il craindre une hausse des taux d’intérêt ?
CoViD-19 - Les leçons de 4 semaines de confinement sur le marché de l'immobilier à venir
CoViD-19 - Votre projet immobilier et la crise sanitaire
CoViD-19 - Votre vente immobilière pendant le confinement
Revue de presse
Les Agences immobilières low cost : bonne ou mauvaise affaire ?
Augmenter la valeur de son bien immobilier avant de le vendre ?
Rentrée 2019 : forte hausse de la taxe foncière
Le cap du million de ventes immobilières est dépassé pour la première fois
Dispositif PINEL, comment ça marche ?
Taux des crédits immobiliers en 2019
Faut-il encore acheter un bien immobilier à Paris ?
Les villes luttent contre les loyers élevés
Impact du grand Paris sur les prix de l'immobilier.
Récupérer et aménager ses combles en toute sécurité.
Vice caché ou dol, quelles sont les conséquences ?
La guerre est déclarée entre la FNAIM et PAP.
La suppression des passoires thermiques
Le plafonnement des loyers à Paris